Actualité :
Max Sainsaulieu PDF Imprimer Envoyer

Max Sainsaulieu est né le 17 juillet 1870 à Péronne dans la Somme (80), Région Picardie. Il est décédé le 21 février 1953 à Paris.

Max de Sainsaulieu commence sa carrière comme dessinateur dans un cabinet d'architecte à Amiens avant d'entrer en 1891  à l'Ecole des Beaux Arts de Paris (il a 21 ans). Il obtient brillamment son diplôme en 1898. Il vient à Reims collaborer à l'achèvement de l'église Sainte Clotilde et épouse la fille de l'architecte rémois Alphonse Gosset***. Avec son épouse, il s'installe à Soissons et en 1903, il est nommé architecte ordinaire des monuments historiques du lieu.
Il revient à Reims vers 1909 pour reprendre peu à peu les activités d'Alphonse Gosset. Lors de la déclaration de guerre, Max Sainsaulieu est veuf et père de six enfants.

Juste avant l'occupation allemande de Reims, il quitte la ville et y revient après la victoire de la bataille de la Marne (début 1915). Il est alors nommé architecte ordinaire attaché à la cathédrale.

Il a fait de nombreux dessins, relevés d'architecture et de nombreux clichés photographiques. Nous conservons à la médiathèque de l'architecture et du patrimoine, à Paris, 40 rapports envoyés à sa hiérarchie qui s'échelonnent du 28 janvier 1915 au 1er juin 1918.

En 1917, Max Sainsaulien rencontre Henri Abelé à Paris pour décider des statuts et créer la Société des Amis de la Cathédrale de Reims.

A la fin de la guerre, Max Sainsaulieu est élevé au rang de Chevalier dans l'Ordre National de la Légion d'Honneur pour souligner "la haute conscience professionnelle et le mépris absolu du danger dont ce fonctionnire a fait preuve". Il est fait ainsi référence au fait que lors de travaux d'évacuation d'ouvrages précieux, le 1er juin 1917, Max Sainsaulieu est blessé par l'explosion d'une bombe.

La bibliothèque Carnegie œuvre
de Max Sainsaulieu


Après la Grande Guerre Mondiale, la reconstruction de Reims dans les années 20 a donné lieu à la création de nombreux bâtiments de style « Art déco ».
La bibliothèque municipale Carnegie en est un bel exemple. Construite à partir de 1921 selon les plans de l'architecte Max Sainsaulieu, elle est inaugurée le 10 juin 1928 par le Président de la République Gaston Doumergue (1924 - 1931). La construction a été financée à hauteur de 200 000 dollars, par la « dotation Carnegie pour la paix internationale » de l’industriel américain Andrew Carnegie qui figure en buste devant le bâtiment.
La bibliothèque Carnégie à Reims est l’œuvre de l’architecte Max Sainsaulieu. Sa décoration intérieure est exceptionnelle : marbre au sol et sur les murs, mosaïques réalisées sur des cartons d’Henri Sauvage, vasque au milieu du hall d’entrée, verrière de Jacques Gruber et vitraux dans la salle de lecture, splendide lustre dessiné par le maître verrier rémois Jacques Simon. La grille d’entrée en fer forgé du ferronnier Schwartz-Haumont, a été primée (médaille d'or) à l'Exposition des Art Décoratifs de 1925.

La Sous-préfecture reconstruite
par Max Sainsaulieu

Les bâtiments de la Place Royale ont été partiellement détruits pendant la guerre.  A partir de 1930, Max Sainsaulieu a reconstruit l'actuelle Sous-préfecture qui fut inauguré en 1935 par le Président de la République Albert LEBRUN.



*** Alphonse Gosset ( 1835 - 1914)

Diplômé architecte de l'Ecole des Beaux Arts de Paris, Alphonse Gosset remporte en 1866 le concours lancé pour l'édification du Théâtre de Reims qui sera inauguré le 3 mai 1873. Les bombardements que subit la ville de Reims en septembre 1914 endommagent considérablement le théâtre dont le lustre et la coupole qui s'effondre.
Etabli à Reims, il construit de très nombreux édifices publics dont le Palais de justice, l'hôtel des postes et télégraphes (rue Cérès), orphelinat, mairie et écoles) ainsi que de nombreux établissements de Maison de Champagne, parmi lesquels les bâtiments de la Maison Pommery en 1901.

 

 

 

 















 

 

 

La bibliothèque Carnégie avec le buste d'Andrew Carnegie dans l'allée centrale





Lustre dessiné par le maître verrier rémois Jacques Simon